Jury jeunes

Chaque année, depuis 2015, 5 jeunes de 16 à 25 ans constituent le jury jeune.

Soumis aux mêmes exigences que le jury de professionnel, ce jury remet au film lauréat le prix du Jury jeunes.

Ces jeunes, issus d’horizons différents, ont l’occasion d’enrichir leur parcours au contact de professionnels, et de vivre des moments uniques sur les festival.

Succédant à Frédérick Raynal (Game designer), le président du jury jeunes 2018 est le réalisateur René MANZOR.

PRÉSIDENT DU JURY

René MANZOR, Réalisateur

RENE MANZOR

Steven Spielberg a dit de lui qu’il était « un réalisateur visionnaire à part dans le cinéma international ».

Cela se voit dès son 1er film en 1986, « LE PASSAGE » avec Alain Delon.

– En 1990, « 3615 CODE PÈRE NOËL » fait l’ouverture du Festival Fantastique d’Avoriaz et rafle tous les prix au Fantafestival de Rome.

Son univers visuel impressionnant attire l’attention de Steven Spielberg & George Lucas qui l’engagent pour réaliser leur série YOUNG INDIANA JONES. Il restera dix ans aux USA, travaillant comme scénariste et réalisateur, mais aussi script doctor pour les studios.

– Dans les années 2000, Manzor renoue avec le cinéma français. Il signe le superbe scénario de « MONSIEUR N », thriller historique réalisé par Antoine de Caunes. Puis il écrit et réalise le polar schizophrénique « DÉDALES », avec Sylvie Testud et Lambert Wilson.
– En 2012, Manzor ajoute une corde à son art : le roman. Après le succès de son thriller littéraire « LES ÂMES RIVALES », son 2e roman « CELUI DONT LE NOM N’EST PLUS » obtient le grand prix du festival de Cognac. Son 3e roman « DANS LES BRUMES DU MAL » chez Calmann-Lévy a été Coup de Coeur des libraires en 2016.
– En décembre 2017, une édition Blu-ray/DVD collector de « 3615 CODE PÈRE NOËL» sort chez Le Chat qui Fume en France et chez Camera Obscura en Allemagne.
René Manzor confirme que, avec une caméra ou un stylo, il est et reste avant tout un conteur.

Texte : Gilles Gressard

MEMBRES DU JURY

Emilie Euvrard

Emilie Euvrard

18 ans

Les pteys (70)

Un intérêt qui remonte à plusieurs années, renforcé à l’adolescence, par la vue des films d’horreur, un univers que j’ai voulu comprendre.L’univers des effets spéciaux, des maquillages est tellement fascinant, avec la transformation d’un acteur. Tout devient surréaliste.C’est devenu une vraie passion !

 

Juliette Bégué

Juliette Bégué

18 ans

Reims (51)

Je me suis très tôt passionnée pour le cinéma fantastique, que je pense riche et ambitieux. Outre la palette d’émotions qu’ils suscitent chez le spectateur, ces films m’apparaissent comme un retour aux peurs primitives, en particulier celles de l’enfance. Le cinéma fantastique permet également aux cinéastes de sortir des carcans et de s’affranchir des conventions. Je cite souvent Brian de Palma, Wes Craven ou plus récemment Denis Villeneuve et Guillermo del Toro comme modèles d’inspiration.  »

Claudia Lacor

Claudia Lacor

23 ans

Andelnans (90)

Ce que j’aime dans le cinéma fantastique, c’est cette fabuleuse capacité qu’il a de nous sortir de notre quotidien tout en abordant des sujets frappants notre société. C’est l’art de nous faire voyager en nous faisant part de messages forts et d’actualité.

 

 

 

Guillaume Abou

Guillaume Abou

19 ans
Reigner (74)

L’intérêt que je porte au cinéma fantastique doit venir de sa force évocatrice qui transcende les âges au delà du plaisir formel qu’il procure.

 

 

Julian Delgrange

Julian Delgrange

22 ans
Belfort (90)

Apprenti scénariste biberonné au cinéma de genre depuis le berceau, le cinéma fantastique est une immense source d’inspiration pour moi. Un univers repoussant fascinant déroutant toujours surprenant qui porte de vrais messages universels.