Programmation

Retrouvez ci-dessous la programmation du festival jusqu’au jour de la manifestation

VILLAGE FANTASTIQUE

Le Bloody Week-end est un lieu de rendez-vous des amateurs du cinéma fantastique mais également de différents artistes : peintres, sculpteurs, photographes, écrivains, auteurs de romans ou de bandes dessinées, maquilleurs…

Chaque année, le festival accueille plus de 100 exposants sur 2000 m².

Le village fantastique est ouvert le vendredi de 14h à 20h, le samedi de 10h à 20h et le dimanche de 10h à 18h.


ANIMATIONS

Découvrez le bodypainting, les maquillages Effets Spéciaux.

Tentez votre chance au concours cosplay, au scream queen, à la tombola ou au quizz !!!

Sans oublier les concerts, les expositions et animations diverses sur les 3 jours du festival…


LES GENTLEMEN
COLLECTIONNEURS 

Retrouvez lors du Bloody Week-end une partie de la collection Alien ! Le professeur Kelp sera également présent pour réparer les dégâts du célèbre xénomorphe !

En savoir plus...

Association loi 1901 officialisée en 2005, née de façon informelle lorsque Jean-Marc Deschamps (président et fondateur) a rassemblé une équipe de maquettistes passionnés pour l’aider à concevoir le hors-série Dixième Planète 2001 : l’Odyssée des Maquettes.

L’association promeut la passion de la science-fiction par le biais d’objets de collection et de conférences. Les membres mettent un point d’honneur à soigner la scénographie des objets présentés (maquettes, statuettes, objets divers, affiches, créations, etc.). De nombreux organismes officiels font appel aux Gentlemen Collectionneurs pour leur concevoir des expositions.

Les thèmes abordés, variés et éclectiques, s’étendent de la science-fiction du XIXe siècle (H. G. Wells avec notamment les inventions de Jules Verne dont Jean-Marc Deschamps est le spécialiste), aux films et aux séries, avec pour domaine de prédilection les années cinquante aux années quatre-vingt.

L’année 2019 fût marquée par les 40 ans du premier Alien réalisé par Ridley Scott.

 


Le FRCM,
French Colonial Marine Corps

La branche française des fans costumés d’Aliens  sera présente lors du Bloody Week-end !

En savoir plus...

Les membres du collectif viennent tous d’horizons divers et ont en commun d’aimer les films Alien, en particulier le second opus de James Cameron, dont le collectif tire son nom.

Les membres se réunissent pour représenter les Marines coloniaux, en portant des répliques de costumes et accessoires originaux.

Leur but : divertir les gens lors des conventions et promouvoir la saga Alien.


DeLorean DMC-12 / Les éditions Ed.Flamival

Le Bloody Week-end vous fait voyager dans le temps !

En savoir plus...

Venez vous offrir un souvenir du futur (ou du passé !) en vous prenant gratuitement en photo aux côtés de la DeLorean DMC-12, véhicule devenu mythique grâce à la trilogie Retour vers le futur, en compagnie de Doc Emmett Brown. Emmett Gigowatts, cosplayer de Doc, et Mitch Garcia se feront également un plaisir de vous dédicacer leur ouvrage Voyages temporels sur le stand des éditions Ed.Flamival. Livre d’illustrations approuvé par Bob Gale lui-même, le père de la trilogie Retour vers le futur, Voyages Temporels prolonge et détourne avec un humour désopilant l’univers de ces films et leurs dialogues cultes.

Crédit photo : Pix L


Julie et Johnnypen

Un couple de cosplayers… à découvrir  !

En savoir plus...

Julie est passionnée et inspirée par l’univers du jeu vidéo. Elle est l’ambassadrice de Tomb Raider pour Xbox France en tant que sosie officielle de Lara Croft depuis 2015. C’est ainsi qu’elle est devenue cosplayeuse professionnelle. Egalement sportive, depuis 2019, elle est aussi reconnue comme Athlète pour l’enseigne Fitness Park.

Johnnypen : Sosie officiel de Lucky Luke, est également comédien, accessoiriste et cosplayer professionnel depuis 2012. Son univers de prédilection est le cinéma, mais aussi celui du jeu vidéo, dessin animé, comics et série TV.

 


PROJECTIONS

Le Bloody Week-end est l’occasion de revoir des films sur grand écran, mais également de découvrir des nouveautés en présence des acteurs et réalisateurs. Les projections se déroulent dans un cinémobile d’une capacité de 100 places.


LE GRAND INQUISITEUR

Titre original : Witchfinder General

Durée : 1h30

Présenté par Jean-Pierre DIONNET

Interdit aux moins de 16 ans

En savoir plus...

Pays : Grande Bretagne

Année : 1969

Réalisation : Michael REEVES

Scénaristes : Tom BAKER, Michael REEVES

Auteurs originaux : D’après le roman de Ronald BASSET ‘Witchfinder General’ et un poème d’Edgar Allan POE

Bande originale / Compositeur : Paul FERRIS

Avec : Vincent PRICE, Ian OGILVY, Hilary HEATH, Rupert DAVIES, Patrick WYMARK, Wilfrid BRAMBELL, Robert RUSSELL, Nicky HENSON, Michael BEINT.

Synopsis : 1645, pendant la guerre civile anglaise, entre les royalistes soutenant Charles 1er et les parlementaristes soutenant Cromwell, le grand inquisiteur Matthew Hopkins sillonne l’est de l’Angleterre pour éradiquer la sorcellerie par la torture. Qui est-il vraiment ?

 


NEKROMANTIK

Durée 1h15

* En présence du réalisateur Jörg Buttgereit.

Interdit aux moins de 18 ans

En savoir plus...

Pays Allemagne

Année :  1987

Réalisation :  Jörg Buttgereit

Scénaristes : Jörg Buttgereit et Franz Rodenkirchen

Bande originale / Compositeur : Hermann Kopp, John Boy Walton et Daktari Lorenz

Avec : Daktari Lorenz, Beattrice Manowski, Harald Lundt, Susa Kohlstedt.

Synopsis : Robert travaille comme « ramasseurs » de cadavres et récupère des morceaux de corps qu’il expose chez lui dans des bocaux. Il vit en compagnie de sa petite amie, Betty, également nécrophile. Un jour, Robert ramène un cadavre et le couple s’adonne à des jeux sexuels…

 


Archeologist Of the Wasteland

Genre : Documentaire

Durée  56 minutes

* En présence du réalisateur Melvin Zed.

Tout public

En savoir plus...

Pays  France

Année :  2019

Réalisation :  Melvin Zed

Montage : Richard Riffaud

Illustration : Christophe Huet

Mixage : Augustin Bretillard

Étalonnage : Chloé Robert.

Production : The Jack’s

Avec : Adrian Bennett, Max Aspin, Linda Bennett, Ian Mitchell, Terry Fletcher, Dennis Williams.

Synopsis : 

Archeologist of the Wasteland est l’histoire d’Adrian Bennett et cette histoire commence en 1982. A cette époque, Adrian est un jeune biker qui vit à Bradford, une cité ouvrière de l’Angleterre thatchérienne. Le vendredi, habituellement ses soirées se déroulent habituellement au bar mais cette fois-là, ses potes ont décidé de le traîner de force au cinéma. A l’affiche, un double programme : Mad Max et sa suite Mad Max 2. Pour Adrian, c’est un choc, et le début d’une passion dévorante qui le mène, 15 ans plus tard, à réaliser un rêve : se construire une réplique de la voiture de Max, la mythique Interceptor noire. Il pense alors qu’il en a fini avec le film et qu’il vient de mettre un point final à toute cette histoire…

Mais une telle passion ne peut disparaître ainsi, alors quelques années plus tard, Adrian et sa famille décident de s’installer en Australie, exactement là où Mad Max 2 a été tourné, il y a une petite quarantaine d’années. Le lieu s’appelle Silverton, c’est une petite ville fantôme égarée dans le désert comme un îlot perdu dans un océan de poussière.
Adrian y construit alors un musée afin d’y exposer l’incroyable collection d’objets qu’il a réunis avec les années… Vivant désormais dans les décors du film, au milieu de centaines de photographies prises lors du tournage, d’accessoires, de costumes et de véhicules restaurés ou reconstruits, Adrian ne semble pas vraiment avoir déménagé en Australie; il donne plutôt l’impression d’avoir franchi l’écran entre rêve et réalité et de s’être installé au cœur du film. Avec le temps, de plus en plus de touristes, de fans et de curieux se pressent dans son musée, pour découvrir ses reliques et l’écouter parler du film. Le fan est devenu le gardien d’un mythe qui continue, encore aujourd’hui, à hanter le pays.

Ce film est aussi l’histoire d’une quête, celle d’une voiture fantastique, abandonnée après le tournage et que le désert aurait avalée. C’est une chasse au trésor qui nous embarque pour un voyage étrange dans un pays bizarre, harcelé par un climat inhospitalier, dans lequel évoluent des personnages tout aussi singuliers… Parmi eux, les cascadeurs Max Aspin (Mad Max 2, Crocodile Dundee, Razorback) et Dennis Williams (Mad Max 2, Crocodile Dundee, The Dark Age).

https://www.facebook.com/ArcheologistWasteland/


CONFERENCES


Sommes-nous seuls dans l’univers ?
Igor et Grichka Bogdanov

Aussi loin qu’on remonte dans le passé de l’humanité, on retrouve cette question obsédante et comme inévitable : «Sommes-nous seuls dans l’Univers ?»

En savoir plus...

La vie, dont les formes sont innombrables, n’a-t-elle pas pu apparaître ailleurs que sur la Terre, autour des milliards de soleils qui rayonnent à l’infini dans les milliards de galaxies ? Et, dans ce cas, ne peut-on supposer qu’il existe dans les profondeurs insondables du grand Univers d’autres esprits qui, eux aussi, s’interrogent sur le sens de l’évolution cosmique, qui cherchent à savoir si d’autres formes de vie n’existent pas ailleurs, sur d’autres planètes que la leur ? Si la vie et l’intelligence ont réussi à émerger de l’évolution terrestre, nous avons toutes les raisons de supposer que le même phénomène a pu se produire ailleurs, sur d’autres planètes plus ou moins semblables à la Terre. Car l’Univers que nous observons n’est pas seulement un immense système physique, constitué d’étoiles et de planètes, c’est aussi – et dans son essence même – une stupéfiante organisation hiérarchique qui semble conduire inéluctablement les molécules simples vers des états de plus en plus complexes. Autrement dit, l’Univers qui nous entoure et duquel nous sommes faits tend naturellement à s’organiser jusqu’à produire de la vie.
En fait, l’histoire de la vie dans l’Univers se décompose en quatre étapes essentielles. La première est la phase cosmique. Elle commence avec le big bang, cette fabuleuse explosion originelle qui, dès les premières secondes, va libérer le temps et l’espace avant de transformer la fabuleuse énergie primordiale en matière et en étoiles au fil des premiers millions d’années. Durant ce premier acte, les gigantesques soleils de première génération ont pu synthétiser l’ensemble des éléments chimiques que nous connaissons sur la Terre, en particulier le carbone, indispensable à l’apparition et au développement de la vie. Tous ces matériaux seront dispersés dans l’espace lors de l’explosion cataclysmique de ces premiers soleils. La matière et les gaz résiduels donneront alors naissance, par accrétion et condensation, à un soleil de dimension bien plus modeste que son aîné ainsi qu’à des planètes de toutes tailles dont certaines seront plus ou moins semblables à la Terre.


Le visage de Dieu
Igor et Grichka Bogdanov

23 avril 1992, à Washington D.C. Ce jour là, le Dr George Smoot, un astrophysicien américain encore inconnu à l’époque, stupéfie la Société Américaine de Physique en dévoilant son exploit. Après plus de quinze ans d’efforts acharnés, grâce à un satellite nommé COBE, le jeune savant et son collègue John Mather ont réussi à prendre une photo de la naissance de l’Univers.

En savoir plus...

Le bébé-Univers, tel qu’il a émergé des ténèbres cosmiques, tout juste 380 000 ans après le Big Bang !  » C’est la découverte la plus importante du siècle, peut-être même de tous les temps !  » s’exclame alors le célèbre physicien théoricien Stephen Hawking. Au comble de l’enthousiasme, emporté par son émotion, Smoot lance à son tour aux astronomes encore sous le choc de la fantastique image :  » Regardez ces images : c’est comme voir le visage de Dieu ! « . La phrase est lâchée. Elle va faire le tour du monde. Déclencher la fureur des scientifiques. Faire le bonheur des croyants. Et apporter la gloire à Smoot, jusqu’à la récompense ultime : le prix Nobel de Physique en 2006. Pour quelle raison ce savant s’était-il laisser emporter vers une exclamation quasi religieuse ? Que cachaient ces éblouissantes photographies ? S’agissait-il du graal dans lequel seraient enfouies les ultimes réponses aux questions que chacun se pose sur l’origine des choses et le sens de la vie ? Une clef permettant de comprendre que la naissance de l’Univers n’est pas le fruit du hasard ?