Invités

En raison des contraintes sanitaires encore incertaines concernant les projections, il n’y aura exceptionnellement pas de compétition de courts-métrages en 2022, ni de membres du jury.

Mais suivez-bien l’actualité, pour découvrir tous nos invités!

INVITES

Abdelkrim Qissi

Étroitement lié à l’ascension de Jean-Claude Van Damme, Abdel Qissi naît au Maroc le 20 janvier 1960. Ses parents ayant déménagé à Bruxelles, il y embrasse une carrière de boxeur et se lie d’amitié avec le futur héros de Double Impact par l’intermédiaire de son frère. Ambitieux, les trois jeunes partent aux États-Unis à l’aube des années 80 afin de devenir acteurs. Si Mohammed et Jean-Claude débutent ensemble dans Break Street 84, Bloodsport puis Kickboxer, Abdel les rejoint en 1990 au casting de Full Contact avec le rôle de l’imposant Attila. Suite au court-métrage Shadow boxing en 1993, il s’oppose à nouveau à Van Damme trois ans plus tard dans Le grand tournoi avant de le retrouver une dernière fois à l’écran en 2001 dans The Order, où il côtoie par ailleurs Charlton Heston. Dernièrement, Abdel est apparu dans Les larmes d’argent, Les hommes d’argile ainsi que Borrowed time, en plus de s’essayer à la réalisation avec Abel Ernest Tembo pour le film Lopak L’envoûteur dont la sortie est pour bientôt.

A cette occasion, Abdelkrim QISSI et Abel Ernest TEMBO présenteront le trailer de leur film LOPAK l’envouteur lors de la rencontre du samedi.

Emmanuelle Escourrou

Née à Montpellier, Emmanuelle passe son enfance en Provence où elle commence à faire de la danse classique à 4 ans puis de la danse contemporaine jusqu’à ses 17 ans. Son envie de jouer la comédie démarre à 12 ans, lorsqu’elle prend ses premiers cours de théâtre avec « La Comédie du Talagard » et monte sur les planches à Salon de Provence dans des pièces classiques : « Monte-Cristo », « La Mégère Apprivoisée », « Equus »…

Montée à Paris, elle rentre en classe libre au cours Florent, passant au cinéma avec « Mange- clous » ainsi que « Un Eté d’Orages ». En parallèle, elle continue de prendre des cours d’art dramatique, enchaîne les stages sur les auteurs russes, les méthodes de l’Actors Studio, la recherche du mouvement et de l’esprit dans un but permanent de perfectionnement. Le réalisateur Alain Robak lui propose alors le rôle principal de « Baby Blood », le premier film gore français pour lequel elle recevra le prix d’interprétation Michel Simon, remis par Terry Gilliam en personne ! 18 ans après, elle jouera de même dans sa suite « Lady Blood », qu’elle coécrit. Enchaînant les tournages après ce beau succès, Emmanuelle apparaît dans « Ma Vie est un Enfer » aux côtés de Daniel Auteuil, « Portraits chinois » avec Yvan Attal, « L’Empire des Loups » avec Jean Reno, tout en se frottant à la télévision (« Le Petit Journal », « Groland », la série Netflix « Marseille »…) et en poursuivant ses prestations théâtrales (« Qu’importe le ciel est partout », « La Fille que j’aime »…). S’essayant à l’écriture (elle collabore depuis une douzaine d’années avec Le Printemps des Poètes), à la réalisation et au montage, elle dirige un premier court-métrage, « Tais-toi et Parle-moi », le documentaire « L’air de rien » de même que le long-métrage « Absences ». En 2019, elle rejoint le casting du dernier film mis en scène par Roschdy Zem, « Persona non grata ». La pandémie se faisant moins contraignante, Emmanuelle a déjà tourné dans « Les Autarciques » qui sortira prochainement, mais se prépare également à retrouver les planches et achève deux projets d’écriture.

Jean-Baptiste Thoret

Féru de 7e Art, Jean-Baptiste Thoret aiguise sa plume reconnaissable entre mille dès ses études secondaires avec des essais sur David Cronenberg et le cinéma américain des années 70, son domaine de prédilection. Suivront jusqu’à cette année 15 livres brassant les sujets les plus variés, de John Carpenter à Michael Mann en passant par Sergio Leone, George A. Romero, Dario Argento ou encore Tobe Hooper.

Passeur devenu incontournable, il épanche sa passion dans les pages des Cahiers du Cinéma, de Libération, du Nouvel Observateur, de GQ, intervient au micro de France Culture et France Inter, enseigne à l’université mais surtout anime de nombreux suppléments DVD/Blu-ray (Suspiria, La nuit nous appartient…) tout en réalisant des interviews avec 9 cinéastes majeurs tel qu’Yves Boisset à destination de Jamais sur vos écrans. Cette bifurcation vers des sujets visuels davantage consistants s’acte lorsqu’il met en scène son premier documentaire en 2016 : En ligne de mire – comment filmer la guerre ?

Suivront au fil des ans les passionnants We Blew It, 86 Printemps – Jean-Luc Goddard, Michael Cimino – un mirage américain ainsi que Dario Argento – Soupirs dans un corridor lointain où il ausculte l’univers du maestro italien via deux entretiens menés à 20 ans d’écart.

A partir de 2018, il dirige enfin la collection vidéo Make my Day, laquelle, riche à cette heure de 45 titres et 3 hors-séries, vise à faire découvrir au public des films tirés du catalogue Studio Canal.

Laurence R. Harvey, acteur anglais

Laurence R. Harvey

Après avoir été révélé aux amateurs de cinéma horrifique grâce à The Human Centipede II et III, Laurence R. Harvey marque de sa présence singulière The Editor (un hommage au giallo), les anthologies ABCs of Death 2 et For We Are Many (dans le rôle d’un démon), le grindhouse Frankenstein Created Bikers, la comédie bizarroïde Attack of the Adult Babies, sans oublier de nombreux courts-métrages incluant Call Girl, Teddy Bears Picnic et 1986. Depuis 2017, il participe en outre à l’enregistrement de multiples livres audio pour le label Cadabra Records, prêtant sa voix à des œuvres signées notamment par Edogawa Ranpo (La Proie et l’Ombre), Aleister Crowley (Le Livre de la Loi) et Roland Topor (Le Locataire Chimérique). Plus récemment, il a pu être vu dans A Little More Flesh II.

Lors du festival, Laurence R. HARVEY sera présent pour la diffusion de Human Centipède 2 et Human Centipède 3.

Azz l’epouvantail

Nous sommes en 2016 quand l’encore naïf et (presque) innocent Azz l’epouvantail allume pour la première fois sa caméra afin de parler de sa plus grande passion… Le cinéma d’horreur ! Pendant trois ans, il publie alors des petites critiques sans prétention sur sa chaîne Youtube, qui ne réunit alors qu’une poignée d’abonnés fidèles. Seulement voilà, environ 3 ans plus tard, son émission « Le Bestiaire de l’horreur », consacrée aux biographies fictives des tueurs de films d’horreur les plus connus, explose complètement. En quelques mois à peine, la chaîne « Azz l’epouvantail » devient la plus importante à parler de cinéma d’horreur de tout le Youtube francophone. Il se met alors à multiplier les concepts ; des vidéos pour lesquelles il retrace les parcours de réalisateurs ou comédiens iconiques du genre, des rétrospectives fourmillant de détails croustillants, ainsi que l’émission « Cinéma Interdit », qui s’attarde sur des films extrêmes, déviants, particuliers, bien souvent inédits chez nous. En parallèle, il mène de plus en plus d’interviews, avec des invités aussi prestigieux que Takashi Shimizu, Richard Brake, Paco Plaza, Kôji Shiraishi, les frères Boukherma, Jeff Lieberman, etc. et participe à de nombreux autres projets ; il joue un rôle dans le film belge « Seuls à bord » pour lequel il réalise également la musique du générique, travaille en étroite collaboration avec les plateformes de streaming Shadowz et Freakson, est invité à de nombreux festivals spécialisés dans le genre, et réalise même un court métrage pour l’anthologie « les Lettres de l’Angoisse ». Aujourd’hui spécialisé dans le cinéma extrême et exotique, particulièrement quand il vient d’Asie, nul doute qu’Azz l’epouvantail travaille encore sur de nombreux projets, dans l’ombre…